Même Le Havre aurait pu être génial.

Publié le par Miteny

Je n’aurais jamais quitté Le Havre si la nature avait gardé tous ces droits dans la région. Imaginez, la baie de Seine serait alors peuplée de baleines franches, de marsouins, de dauphins, de rorquals peut-être. 

J’aurais alors investi dans un petit bateau en bois pour aller voir ces superbes animaux. Peut-être aurais-je plongé pour nager avec eux. Peut-être même m’auraient-ils aidé à pêcher les quelques poissons nécessaires à ma survie. 

Sur la côte, j’aurais pu admirer des phoques, des pygargues. Le mieux aurait été bien sûr l’estuaire, plein de vie, d’oiseaux, d’animaux (grues, martin pêcheur, canards, rapaces, loutres…). A l’intérieur des terres, des forêts, peuplés de loups, de cerfs, de castors, de sangliers mais aussi d’élans (surtout au niveau des marais), voire de bisons, d’ours. 

Alors qu’en fait, dans la vraie vie, il n’y a plus que les porte conteneurs, la pollution, les bagnoles, les immeubles gris et tristes, les gens taciturnes, les champs monotones saturés d’engrais et de pesticides… Où est passée la liberté ? Les gens partagent leur existence entre une vie professionnelle frustrante dans la journée, une télévision débilitante le soir et un hypermarché surchargé le week-end. Ils rêvent de vacances dans un pays tranquille et sauvage, dont ils ne pourront profiter que 2 à 3 semaines par an, dans le meilleur des cas (et encore).

Une vie heureuse et confortable est, à mon avis, compatible avec le respect de la nature et des animaux. L’homme n’avait pas besoin de saccager la Terre pour ses besoins. Pendant des milliers d’années, les êtres humains ont vécu en harmonie avec leur environnement. Sans doute que leur vie était plus rude (moins joyeuse ? … c’est loin d’être sûr). 

Puis la science est arrivé, des prodiges plein les poches. Les hommes ont voulu conquérir, gagner de l’argent, se multiplier plus que de raison. Le résultat est-il une réussite ? Permettez moi d’en douter. 

Une économie de subsistance, respectueuse de l’environnement, voilà le vrai bonheur.  

 

PS : Quelques 200 000 rorquals bleus peuplaient autrefois les océans du monde, alors qu’aujourd’hui, ils sont au bord de la disparition. Quelle tristesse. Quel intérêt a l’homme de saccager la Terre  ?

 

 

 

 

 

Publié dans Mon idéal.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

misantrope 07/03/2006 02:33

mouai bof
l'espèce humaine, une erreur de la nature.
quand on a compris sa, sa ne donne pas l'envie de se reproduire.
philippe.annaba.free.fr/index.htm

mathieu 06/03/2006 12:45

Salut frère humain, je n’ai jamais mis les pieds au Havre, mais je sais ce que sont les conteneurs, certains d’entre nous les utilisent pour gagner de l’argent, c’est vrai, d’autres migrent dedans ;-( pour tous ces animaux que tu aimerais voir évoluer, toute cette folle nature qui se dessine si facilement dans ta tête, il est évident en revenant que l’homme saccage, pille, tue et pollue. Un artefact mgeanver@hotmail.com passe Evident philosophiquement, moins facile moralement… je te dis : et alors ? Qui juge du « bien » et du « mal » ? L’incertain. Personnellement, je ne suis pas sûr du chemin que prend l’être humain. Moi le marginal je critique cette espèce, je trouve myriades de défauts, je vomis cette inconsciente folie qui la porte. …et puis comme tout par de soi, je ravale mon dégueulis, j’entame une profonde autocritique, je violente non plus mon corps dans un environnement à la vie flétrie mais mon esprit pollué par cette inconscience qui fait de notre essence, espace d’amour profond, un champ clôturé. Ce n’est pas l’Homme, c’est la Nature. Ce n’est pas la fine intelligence d’une espèce, c’est la Conscience de toutes. A travers nous, la Nature prend conscience d’elle-même. Et qui peut dire que notre matrice n’est pas folle, exubérante et surtout surtout… absolument changeante ? L’idée directrice n’est pas l’humanité, ni l’homme par rapport à la nature, nous ne sommes pas en dehors, nous ne sommes pas magiques, nous faisons partie d’un petit tout (la Terre), le capitaine du vaisseau c’est la nature elle-même incompréhensible pour notre raison faite de brique d’argile et de tiroirs en bois, ce petit tout s’auto régule. Et les lierres qui étouffent les arbres, et les virus, les éruptions comme autant d’immeubles gris, de porte conteneurs et de pollution. Notre espèce Maîtrise ses envies. En aucun cas elle ne maîtrise les flux de son origine, elle ne comprend pourquoi l’amour, elle n’assure sa vie. Nous ne sommes que des fruits en train de naître. Sans niaiserie, rendons grâce à l’arbre de la vie, vive le géant vert, ayons profondément confiance en ses capacités, en son énergie d’amour et de survie. Vive l’Amour et vive lui :-))

Llahytnoum 16/01/2006 10:10

Ben moi, Le Havre, j'y vis et j'y suis bien ! Et les portes conteneurs, j'aime ça, ainsi que la plage, et le bord de la mer au soleil déclinant. J'aime ses espaces verts aussi ou j'emmène mes enfants, et les quartiers Perrey et Saint-Vincent, et même le centre-ville ! Mes amis n'ont rien de triste ni de taciturne. Quand je rentre à la maison avec mes enfants, le soir après une journée d'un boulot que j'aime, je n'allume pas la télévision. Alors, c'est vrai ma ville est peut-être plus polluée que le fin-fond de l'Amazonie, mais mes enfants apprennent des tas de choses à l'école, et si l'un d'entre-eux est malade, je n'ai que 5 minutes de trajet à faire, dans ma voiture super-polluante pour trouver un hôpital. Et puis quand on vit au 21ème siècle, c'est un peu facile de parler de cette magnifique vie d'antan, comme tu dis "plus rude". Rude c'est le mot, sans vacances ni loisirs, sans soins ni connaissance ou l'obscurantisme règnait en maître, tellement rude que le quart, des enfants n'atteignaient pas l'âge adulte.  Moi je dis vive le progrès et la science qui m'a permis d'avoir de magnifiques jumeaux. Vive la civilisation et vive Le Havre

chris 06/09/2005 17:38

Ben ouais, tu sais te lâcher. Et reben ouais, la vie elle est pas gaie. Mais on y est tous pour quelque chose. Pas sympa partout sur cette planète mais on en a semble-t-il accepté toutes les règles. Les choses sont ainsi parce que nous y participons tous. Reste à trouver comment imposer une autre vision des choses. Profite de tes connaissances pour embellir les choses, car au bout de toutes les questions, la seule réponse que j'ai trouvé à ce jour est : tout commence par soi...
Bien aimé ton site, tiens-moi au courant !

tzenga 31/08/2005 00:26

Les gens qui savent ce qu'est une économie de subsistance sont tres peu nombreux à s'en satisfaire !

Mais ils existent !!!

Tu peux parfaitement, lacher AUJOURD'HUI ton clavier pour partir en amazonie et apprendre à te débrouiller avec ce que te fournira la forêt !!!

C'est tout à fait possible !!!

Tu perds la garantie de la santé, tu t'expose à l'accident mortel, à la faim,...

Mais je répète !!! C'est tout à fait possible !!! En amazonie, ou en australie, ou sur un bateau sur tous les océans du monde... Pleins de gens ont les couilles de vivre cette vis là !!!

On en trouve les récits par dizaine sur internet !!

Alors, OUI, C'EST POSSIBLE !!!

Bonne chance Amigo !!
:-)