Extra-terrestres2.

Publié le par Miteny

Soit 100000 systèmes d’un âge compris entre 3 et 8 MA (abréviation de milliards d’années). Supposons que la répartition des âges de ces systèmes dans ce segment de durée soit régulière.

Par conséquent, il y a 100000* (7.5-4)/(8-3)  individus dont l’âge est compris entre 4 et 7.5 MA (soit 70000).

Coupons ce segment en morceaux de 100 millions d’années (0.1 MA). Supposons d’autre part que dans ces systèmes (qui rappelons le, ont des caractéristiques suffisamment exceptionnelles pour donner à la vie sa chance – voir épisodes précédents) la vie ait autant de chances d’apparaître au bout de 4 MA qu’au bout de 7.5 MA.

L’objectif est de classer les systèmes suivant l’âge de l’apparition de la vie sur une de leurs planètes.

Prenons un exemple. Soit la classe de systèmes ayant été créés entre 4.4 et 4.5 milliards d’années. Pour plus de simplification, considérons que tous les individus de cette classe ont le même âge, soit 4.5 MA.

Parmi ces systèmes, autant verront apparaître la vie au bout de 4 MA (c’est le minimum que je me suis fixé, en prenant exemple sur la Terre : vous constaterez donc que j’ai été prudent) qu’au bout de 7.5 MA : c’est mon hypothèse, tout à fait arbitraire, je le concède mais admettez le, assez sécuritaire.

Donc seul un petit nombre des éléments de cette classe abritera la vie.

 

Depuis 0 MA : 2000*0.1/(7.5-4) soit 57.

 

Depuis 0.1 MA : 2000*0.1/(7.5-4) soit 57.

 

Depuis 0.2 MA : 2000*0.1/(7.5-4) soit 57.

 

Etc…

 Si je poursuis ce calcul pour toutes les classes d’individus, j’arrive aux résultats exposés dans les tableaux suivants : Âge en MA est « l’âge de la vie » dans le système considéré.

 

Âge (MA)

Nombre systèmes

0 MA

2 000

0,1 MA

1 943

0,2 MA

1 886

0,3 MA

1 829

0,4 MA

1 771

0,5 MA

1 714

0,6 MA

1 657

0,7 MA

1 600

0,8 MA

1 543

 

Âge (MA)

Nombre systèmes

0,9 MA

1 486

1 MA

1 429

1,1 MA

1 371

1,2 MA

1 314

1,3 MA

1 257

1,4 MA

1 200

1,5 MA

1 143

1,6 MA

1 086

1,7 MA

1 029

 

 

Âge (MA)

Nombre systèmes

1,8 MA

971

1,9 MA

914

2 MA

857

2,1 MA

800

2,2 MA

743

2,3 MA

686

2,4 MA

629

2,5 MA

571

2,6 MA

514

 

 

 

Âge (MA)

Nombre systèmes

2,7 MA

457

2,8 MA

400

2,9 MA

343

3 MA

286

3,1 MA

229

3,2 MA

171

3,3 MA

114

3,4 MA

57

3,5 MA

0

 

 

Pourquoi tous ces calculs ? Pour pas grand-chose : constater simplement que même avec les hypothèses réductrices que j’ai pris les systèmes ayant vu la vie apparaître avant nous sont majoritaires.

Si mes fumeuses élucubrations pouvaient avoir un quelconque lien avec la réalité, nous nous situerions dans la classe 0.5 MA : nous serions un des 1714 systèmes de la Voie Lactée à connaître la vie depuis 500 millions d’années.

Dans les classes inférieures (au nombre de 5), nous avons une petite idée de la forme de vie que les planètes connaissent : primitive. Invertébrés, poissons, dinosaures, petits mammifères. Mais qu’en est-il dans les classes supérieures (au nombre de 30) ?

 

 

 

Cela dépend d’une part de la durée que le règne animal peut avoir avant qu’apparaisse une forme de vie aussi « intelligente » que l’Homme. Les dinosaures ont dominé la Terre pendant environ 200 millions d’années, les mammifères 60 millions d’années, les hommes du paléolithique 500000 ans, les hommes du néolithique 10000 ans (en gros) et l’homme moderne pendant …ça fait peut-être 1000 ans (et encore, cela dépend de la définition que l’on donne au mot moderne).

On s’aperçoit que la durée de ces « règnes » est exponentiellement décroissante, pendant que la croissance du savoir et du développement intellectuel (dans la mesure où on peut parler de développement intellectuel pour les animaux) et technique semble, elle, être exponentielle. Ainsi, une stagnation de grande durée des formes que prend la vie serait, dans la nature, l’expression de l’archaïsme. Peut-être que ces chiffres de 200 millions d’années, 60 millions d’années, 500000 ans sont élastiques et que sur une autre planète, les animaux exercent une domination plus longue que sur la Terre. Peut-être…

Mais d’autre part l’interrogation portant sur la nature des « classes supérieures » dépend aussi de la façon dont la civilisation soi disant développée telle que nous la connaissons actuellement, évoluera.

 

Allons nous vers une période stable ? Détruirons nous la planète pour laisser place à un vide dans lequel la nature pourra recommencer son travail à zéro ? Peut-être qu’il existe une ou plusieurs planètes à partir de la classe 1 MA dont l’histoire ressemble à ce que je viens de décrire. Celle-ci en serait à son deuxième essai, le premier s’étant soldé par un échec retentissant (et total, genre cataclysme nucléaire) il y a environ 500 millions d’années…

 

Publié dans Science.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article