Un article pour tenter de répondre à certains commentaires.

Publié le par Miteny

 Je croule sous les messages : je n’arrive plus à répondre à tous les commentaires, ni même à tous les lire. Je suis débordé, un peu comme quand je joue au foot en tant que latéral droit : l’attaquant adverse a réussi à passer et à centrer, la balle n’est plus dans mon camp. 

Je vais quand même essayer de réagir à quelques posts qui concernaient mon principal objectif à savoir : peut-on démontrer l’existence de Dieu ?  

 

A propos de mon clone et moi (encore !) : Une tierce personne ne pourra jamais faire la différence entre mon clone et moi tandis que moi, oui. Cela me paraît évident. On me répond la localisation spatiale. Mais encore une fois une tierce personne ne pourra pas faire la différence entre moi et mon clone même si nous sommes l’un à côté de l’autre : il verra simplement 2 êtres identiques. 

 Mais de mon point de vue, nous ne sommes pas 2 êtres identiques. En effet, l’un est moi et l’autre est autre. 

Considérons l’affirmation suivante (1) : « L’existence d’un corps (avec le cerveau !) d’une certaine forme et avec une certaine histoire (souvenirs… je ne détaille pas) en fonctionnement est nécessaire et suffisant pour expliquer l’émergence de ma conscience ». 

Cette théorie est-elle validée par l’expérience ? Du point de vue « nécessaire » oui. Mais pas pour « suffisant ». En effet puisque je constate (avec mon clone) que l’existence d’un corps identique au mien n’est pas suffisant pour expliquer l’émergence de ma conscience. 

Donc l’affirmation (1) est fausse. Mes caractéristiques objectives (mon corps, mon cerveau, mon nom, mon histoire…) ne sont pas suffisantes pour expliquer l’émergence de ma conscience. 

Par conséquent il existe une autre cause, suffisante cette fois. Une cause qui ne se trouve pas « localiser » dans le cerveau ou dans le corps humain. Une cause qui se suffit à elle-même.

 

 

 

Publié dans Démonstration.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Miky 14/10/2005 11:12

Miteny,

La réponse à ta question est : non. Mais encore une fois, c'est parce que sa formulation est boîteuse.

Pour A => B :

Tu fais usage d'un adjectif possessif en B mais pas en A

Pour A+A'=>B' :

Tu utilises un pronom personnel "je" que tu ne définis pas. Tu pourrais ne pas le définir si tu utilisais un adjectif possessif en A ("mon corps) qui permettrait de faire le lien.

Mais il n'y a rien de magique là-dedans : de prémisses pas suffisament précises, on ne peut pas tirer une conclusion suffisament précise :-)

Miky

Patriot 14/10/2005 00:47

Miteny,

''Dieu'' fait réagir parce qu'il est probablement le seul concept ne renvoyant à aucune espèce de réalité qui a fait autant de morts à travers l'Histoire. Et ça continue, le pire. Quant à ton problème, excuse-moi, mais ça commence à faire un moment que je suis sur ton blog et je constate que je ne suis pas le seul à te répondre et à te montrer soit que ton problème est inexistant, soit qu'il est insoluble (l'un impliquant peut-être l'autre... :-D). Dieu est hors preuve, il ne se démontre pas. D'abord et avant tout parce qu'on ne démontre pas quelque chose dont on n'a aucune définition, même minimale. Ni aucune expérience, directe ou indirecte permettant de circonscrire la chose en question en tant que phénomène distinct. C'est ça qu'il faudrait vraiment "résoudre".

miteny 13/10/2005 17:52

Miky
Une petite question maintenant : est ce A implique B (ou est-ce que A+A’ implique B’) ?
Pour que tu comprennes bien ce que je veux dire, il faut que tu répondes à cette question (par oui ou par non).
Cordialement.

Miky 13/10/2005 17:42

Miteny,

Comme je te l'ai déjà dit (quasi) tout le monde a la certitude d'exister, mais en quoi cette certitude diffère-t-elle d'un individu à l'autre ?

"Et je suis d’accord : A2 et A’ sont nécessaires et suffisants à B’ mais ça ne prouve rien. En effet quand tu dis que ce corps en fonctionnement est mon corps, tu ajoutes une information, tu n’expliques pas pourquoi c’est mon corps."

Je ne fais qu'appliquer ton desiderata : me mettre à ta place. En disant que ce corps en fonctionnement est ton corps, j'ajoute effectivement une information, et je n'explique pas pourquoi c'est ton corps, mais en disant que cette conscience est ta conscience, tu ajoutes aussi une information, et tu n'expliques pas non plus pourquoi c'est ta conscience.

A+
Miky

miteny 13/10/2005 16:42

Miky

Oui. J’étais à peu près d’accord jusqu’au moment où tu dis que le « moi subjectif » n’est que le pendant réel de l’ensemble vide (on peut se demander d’ailleurs ce que signifie vraiment cette phrase).
Non. Le « moi subjectif » est testable, empirique. Il est vrai qu’il est difficile de le décrire, de lui donner une définition, mais c’est ce qui permet d’être certain de sa propre existence.
Qu’est ce qui te permets d’être sûr que tu existes ? Comment es-tu certain de ne pas être un zombi déjà mort comme dans une série B de science-fiction ?
Tu es certain d’exister, n’est ce pas ? Si quelqu’un te donne un coup de règle sur les doigts, tu seras certain d’avoir mal.
Plaçons nous dans ce cas là : j’ai mal parce qu’on m’a tapé sur les doigts. Je sais que je ressens une souffrance (proposition B’). Quels sont les éléments qui permettent d’expliquer ce fait totalement empirique ? Il y a au moins :
A : L’existence d’un corps M (raccourci pour dire doté de certaines caractéristiques (en l’occurrence les miennes : histoire, souvenirs, caractères))
A’ : le coup de règle.

A et A’ sont nécessaires pour expliquer B’ (je sais que j’ai mal) mais pas suffisants. Evidemment, si tu remplaces A par A2 « l’existence de mon corps », alors A et A’ sont nécessaires et suffisants à B’.
Et je suis d’accord : A2 et A’ sont nécessaires et suffisants à B’ mais ça ne prouve rien. En effet quand tu dis que ce corps en fonctionnement est mon corps, tu ajoutes une information, tu n’expliques pas pourquoi c’est mon corps.
En effet, je peux très bien dire que ce corps a été « affecté » à ma conscience : L’expression A2 est équivalente à « il existe mon corps » équivalente à « mon corps existe » équivalente à « j’existe et j’ai un corps » équivalente à « j’ai conscience de moi et j’ai un corps ».
Et bien sûr : « j’ai conscience de moi et j’ai un corps » plus A’ est nécessaire et suffisant pour expliquer B’.