Pourquoi Dieu existe.

Publié le par Miteny

Le fait d’exister, d’avoir conscience de moi, n’a apparemment aucun lien avec l’existence d’un corps et d’un cerveau puisqu’il en existe des tas (6,5 milliards actuellement et 40 milliards environ depuis que l’espèce humaine est apparu) dont je ne ferai jamais l’expérience. 

 

Par conséquent, où rechercher l’origine de ma conscience ? On me dit que la matière est mystérieuse et que l’on ne connaît pas encore tous ses secrets. Donc la matière est magique. Mais là encore je ne suis pas satisfait parce que rien n’est expliqué. Pourquoi la matière serait-elle magique alors que rien de tel n’a été découvert par les scientifiques ? 

Selon moi, pour démontrer l’existence de Dieu, il faut imaginer un monde où il n’y a pas de conscience. Si on enlève Dieu, les esprits, que reste-t-il ? 

La matière, dont on connaît l’inefficacité à créer la conscience, puisqu’elle n’obéit qu’à des lois objectives. A moins que l’on me dise que la matière peut obéir à des lois subjectives, autrement dit qu’elle a conscience d’elle-même. Ce n’est donc plus que de la matière (au sens où on l’entend généralement). 

Sinon quoi d’autre ? Personnellement, je ne vois pas, mais je manque peut-être d’imagination.

 

 

 

Publié dans Démonstration.

Commenter cet article

Loïc Talmon 04/01/2006 19:33

"""""Je voulais juste dire que je ne comprends pas certaines passions à propos de Dieu. Pourquoi est-ce si mal vu de vouloir démontrer l’existence de Dieu ?""""">> Ce n'est pas "mal vu", mais critiqué à juste titre dans la mesure où il est impossible de démontrer l'existence de 'Dieu' : ce concept n'est pas défini et il est anempirique ; par suite, aucune méthode humaine (philosophie ou science) ne peut le démontrer."""""Imaginez un monde où l’affirmation « le feu brûle la peau » ne serait qu’une hypothèse. Vous feriez le maximum pour démontrer que c’est une vérité et que tout irait bien mieux si tout le monde avait pleinement conscience de cette réalité.""""">> Le feu fait partie de l'univers empirique et peut donc faire l'objet d'expérimentation (naïve, pour les premiers hommes, scientifique, pour les modernes). De plus, le feu reçoit une définition précise. Bref, aucun rapport avec Dieu."""""C’est exactement l’impression que j’ai avec Dieu. Ça peut paraître bizarre mais c’est comme ça. Mettez vous à ma place : il est un peu normal, dans ces conditions, que j’essaie de démontrer son existence.""""">> Comment sais-tu que 'Dieu' existe avant de l'avoir démontré ? As-tu défini 'Dieu' ? En as-tu fait l'expérience (dans le sens d'une expérience que tout le monde pourrait faire, comme pour le feu) ? Ce qui est bizarre, c'est plutôt ton entêtement à ramener du côté de la preuve quelque chose qui est du côté de l'épreuve, du ressenti, de la croyance. Pourquoi ne pas te contenter simplement de vivre ta foi (car c'est bien de foi dont il s'agit) sereinement, sans volonté de prosélytisme (car c'est bien de prosélytisme dont il s'agit).Cordialement.Et bonne année à toi ! :-)

miteny 03/01/2006 14:22

Bonjour et bonne année à tous ceux qui ont laissé des messages sur ce blog !
Encore merci.
Je voulais juste dire que je ne comprends pas certaines passions à propos de Dieu. Pourquoi est-ce si mal vu de vouloir démontrer l’existence de Dieu ?
Imaginez un monde où l’affirmation « le feu brûle la peau » ne serait qu’une hypothèse. Vous feriez le maximum pour démontrer que c’est une vérité et que tout irait bien mieux si tout le monde avait pleinement conscience de cette réalité.
C’est exactement l’impression que j’ai avec Dieu. Ça peut paraître bizarre mais c’est comme ça. Mettez vous à ma place : il est un peu normal, dans ces conditions, que j’essaie de démontrer son existence.
 

Loïc Talmon 03/01/2006 07:17

je_ne_suis_pas_folle>> Je n'avais pas considéré les choses sous cet angle. Pour moi, les blagues "carambar" insérées entre les explications invoquées à l'appui de la thèse de l'existence de Dieu avaient au contraire pour vocation de montrer que la position athée, en allant contre l'évidence scientifique, était stupide. Question d'interprétation. Seule Angela pourrait trancher.Et oui, j'ai fermé mon blog, depuis quelques mois déjà, par manque de temps et changement de priorités. Il n'est cependant pas exclu que je revienne très bientôt. :-)Primavera"Je ne crois pas, Loïc, qu'angela (qui me semble adorer les bonnes blagues !) ait prétendu quoi que ce soit à propos des scientifiques croyants, et surtout pas qu'ils croyaient  "sur la base" de leur savoir scientifique. L'allusion à ces "savants croyants" c'est généralement pour montrer aux athées que la croyance en Dieu n'est pas seulement l'apanage des imbéciles, comme aimait à l'insinuer sur ce blog ce cher  "Patriot" qui semblait assimiler la foi en Dieu en une espèce de croyance aux miracles et au père Noël. C'est aussi pour montrer qu'être un éminent scientifique ne conduit pas fatalement à devenir un fervent athée "matérialiste", alors que bizarrement les non croyants "ordinaires"  se raccrochent au savoir scientifique pour étayer leur athéisme.">> Il me semble que là tu te contredis : tu m'expliques que d'après toi (et Angela) les scientifiques qui croient en Dieu ne le font pas sur la base de leurs savoirs puis tu poursuis en reprochant ("bizarrement") aux athées de s'appuyer sur le savoir scientifique pour étayer leur incroyance, comme si le savoir scientifique était bel et bien la base de la croyance des scientifiques théistes ! Pour moi, le fait d'être un scientifique et le fait de croire ou de ne pas croire en Dieu sont tout simplement deux choses différentes. L'une n'implique pas l'autre et le "savoir scientifique" ne permet pas de conclure quoi que ce soit sur 'Dieu', puisque ce dernier se situe hors du champ de la rationalité scientifique. "Pour ce qui est de l'allusion au "peuple juif " ou chrétien, personne ne se permettrait d’affirmer que ces appartenances religieuses ne créent plus aucun lien aujourd’hui… bien au contraire, et il faudrait même le regretter lorsque ces appartenances religieuses servent au contraire de critères de différenciations pour justifier des guerres. Il serait également difficile de nier que l'appartenance à une religion a servi, au cours de l'histoire, de support à la fois moral et identitaire, de base "sym"bolique  d'union  et d’appartenance pour lier les peuples. Les religions sont souvent le corollaire de la naissance d’une culture, créant cohésion des groupes humains et nécessaire à leur besoin de mémoire collective. Au delà de la connaissance scientifique, la prise en considération de ces données de type anthropologique et philosophique me semble tout aussi utile pour percer les secrets de la nature et du réel, que ne peut l’être la science mécanique ou physique.">> D'accord avec toi sur l'arrière-plan religieux de nombre de cultures, à commencer par la nôtre. En revanche, je suis plus réservé quant à ce que tu affirmes sur les "données de type anthropologique et philosophique". Il faut distinguer les domaines : la science s'occupe de répondre aux questions d'ordre empirique, la philosophie aux questions d'ordre rationnel (voire supra-rationnel, pour les adeptes de métaphysique)."Tu penses qu'il s'agit de prosélytisme que d'avoir envie de partager ou de dialoguer à propos de la foi en Dieu ? En ce qui me concerne je suis persuadée que la foi en Dieu n'a pratiquement aucune chance de pouvoir se communiquer à quelqu'un qui ne possède pas déjà en lui une "prédisposition" innée et spontanée à la foi en Dieu. En tout cas si certains croyants semblent croire en Dieu avec une apparente certitude, c’est sans doute que les dogmes religieux des religions dites "positives "  ont une forte emprise sur eux. Mais pour la plupart des croyants "modernes", la foi reste affaire de conviction personnelle mêlée de doute cartésien et non de dogme.  Il s'agirait plutôt d'une sorte d'intuition  invérifiable et indémontrable où les concepts "verbaux" manquent, sauf à avoir recours à la métaphysique.. c'est à dire à un nombre très restreint d'interlocuteurs initiés à ces concepts.">> Non, dialoguer à propos de Dieu ou de la foi n'est pas faire oeuvre de prosélytisme, sauf lorsque le croyant se borne à affirmer l'existence de Dieu sans plus d'arguments et en tenant son interlocuteur athée pour un aveugle. Tant que le croyant s'en tient à sa "conviction personnelle", il ne me dérange pas. En revanche, qu'il prétende à l'universalité de sa foi et là, je mords. Tu évoques la métaphysique, mais la métaphysique, même pour les initiés, ne démontre pas Dieu : au mieux, elle l'esquisse comme possibilité philosophique. Sans doute convient-il de se ranger à la sagesse d'un Paul Ricoeur rappelant que "Dieu n'est pas du domaine de la preuve mais de l'épreuve". Bonne année à toutes les deux ! :-)

Primavera 02/01/2006 16:01

Je ne crois pas, Loïc, qu'angela (qui me semble adorer les bonnes blagues !) ait prétendu quoi que ce soit à propos des scientifiques croyants, et surtout pas qu'ils croyaient  "sur la base" de leur savoir scientifique. L'allusion à ces "savants croyants" c'est généralement pour montrer aux athées que la croyance en Dieu n'est pas seulement l'apanage des imbéciles, comme aimait à l'insinuer sur ce blog ce cher  "Patriot" qui semblait assimiler la foi en Dieu en une espèce de croyance aux miracles et au père Noël. C'est aussi pour montrer qu'être un éminent scientifique ne conduit pas fatalement à devenir un fervent athée "matérialiste", alors que bizarrement les non croyants "ordinaires"  se raccrochent au savoir scientifique pour étayer leur athéisme.
 

Pour ce qui est de l'allusion au "peuple juif " ou chrétien, personne ne se permettrait d’affirmer que ces appartenances religieuses ne créent plus aucun lien aujourd’hui… bien au contraire, et il faudrait même le regretter lorsque ces appartenances religieuses servent au contraire de critères de différenciations pour justifier des guerres. Il serait également difficile de nier que l'appartenance à une religion a servi, au cours de l'histoire, de support à la fois moral et identitaire, de base "sym"bolique  d'union  et d’appartenance pour lier les peuples. Les religions sont souvent le corollaire de la naissance d’une culture, créant cohésion des groupes humains et nécessaire à leur besoin de mémoire collective. Au delà de la connaissance scientifique, la prise en considération de ces données de type anthropologique et philosophique me semble tout aussi utile pour percer les secrets de la nature et du réel, que ne peut l’être la science mécanique ou physique.
 

Tu penses qu'il s'agit de prosélytisme que d'avoir envie de partager ou de dialoguer à propos de la foi en Dieu ? En ce qui me concerne je suis persuadée que la foi en Dieu n'a pratiquement aucune chance de pouvoir se communiquer à quelqu'un qui ne possède pas déjà en lui une "prédisposition" innée et spontanée à la foi en Dieu. En tout cas si certains croyants semblent croire en Dieu avec une apparente certitude, c’est sans doute que les dogmes religieux des religions dites "positives "  ont une forte emprise sur eux. Mais pour la plupart des croyants "modernes", la foi reste affaire de conviction personnelle mêlée de doute cartésien et non de dogme.  Il s'agirait plutôt d'une sorte d'intuition  invérifiable et indémontrable où les concepts "verbaux" manquent, sauf à avoir recours à la métaphysique.. c'est à dire à un nombre très restreint d'interlocuteurs initiés à ces concepts. 
 

 
 

Sur ce, bonne année 2006 à tous les visiteurs du blog de miteny !
 

je_ne_suis_pas_folle 02/01/2006 15:20

-> Loïc
Je pense que la réponse d'Angela est à prendre dans l'autre sens.
Miteny s'interroge sur l'origine de sa conscience et déduit, de par son incapacité à l'expliquer, qu'elle est d'origine divine. Il demande à la fin de sa note "sinon quoi d'autre?". 
Angela lui fournit alors tout un tas de pseudo-explications qui ont déjà été avancées par d'autres personnes, et qui interprètent coïncidences et complexité en terme d'intervention divine (c'est exactement ce que fait Miteny).
Le fait qu'elle mette ces explications au milieu de blagues carambar montre bien, selon moi, qu'elle considère ces explications comme.... des blagues.
Mais je ne suis pas devin, bien sûr, et peut-être qu'il y a une explication autre au fait de mettre ces explications au milieu de blagues de bas niveau.
PS: Alors comme ça tu as fermé ton blog?