Cherchez l'erreur.

Publié le par Miteny

Petit questionnaire :  

 

Parmi ces 3 propositions, laquelle vous semble fausse ? 

 

1. Dans l’hypothèse fonctionnaliste, n’importe quel processus est le fait d’éléments physiques, biologiques ou électroniques qui sont mis en action. 

2. Si on a 2 exécutables (par exemple 2 moteurs) tout à fait semblables et si on les met en route de la même manière alors ils feront la même chose. 

3. Si 2 choses n’ont pas de différences, alors je ne peux pas les distinguer l’une de l’autre. 

 

 Si ces 3 propositions vous semblent juste, que pensez-vous du raisonnement suivant ?

 a. Si l’hypothèse fonctionnaliste est valable, alors ma conscience et celle de mon clone sont le fait d’éléments physiques, biologiques ou électroniques exactement semblables. 

b. En vertu du principe 2, ma conscience et celle de mon clone sont donc semblables. On ne peut pas les différencier. 

 

c. Or je suis capable de faire la différence entre moi et mon clone.

Conclusion : l’hypothèse fonctionnaliste n’est pas valable.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

miteny 14/09/2005 18:38

Merci pour le lien... Je vais essayer de lire ce document rapidement

Miky 14/09/2005 17:54

Loïc

Merci pour tes informations. Je pensais que l'HTML avait été détronné par le BBCode sur ce genre de site, à cause de sa lourdeur et des problèmes qu'il peut engendré s'il est mal utilisé.

Je te remercie également pour tes compliments sur mes posts, et je te retourne le compliment (je fais surtout référence à ton blog, que j'ai également visité, et dont la pertinence et l'humour sont un régal :-)).

Miteny

Plutôt que Dennett, je te conseille vivement de lire Wittgenstein et surtout sur Wittgenstein (*), comme par exemple Jérôme Dokic, La perception interne et la critique du langage privé, ainsi que Roger Pouivet, Après Wittgenstein, Saint Thomas, Coll. Philosophies, PUF, 1997, Paris, notamment le chapitre 3 : "Anti-Descartes". La critique de la notion de langage (et indirectement de connaissance) privé(e) étant particulièrement à connaître pour comprendre en quoi tes idées peuvent sembler erronées pour certains.

(*) Wittgenstein lui-même pouvant être un peu chiant à lire car son style est très particulier...

Primavera 12/09/2005 20:47

Le caractère unique d'une conscience par rapport à un celle d'une autre personne qui aurait un corps identique, est très certainement liée au vécu propre et au contenu de mémoire (visuelle, auditive, etc..) qui diffèreront forcément entre le premier et le second.

Quant à l'hypothétique greffe d'un cerveau sur un autre corps, il semble évident que cela soit chose impossible du fait du caractère "holiste" d’un organisme vivant et de l'ensemble des cellules qui le composent, à fortiori un organisme complexe comme un humain. Le cerveau étant le point central de commande de toutes les cellules et des organes composant le reste du corps, on peut facilement imaginer qu'il y a une sorte de codage commun entre le cerveau et toutes autres les parties dont il a pour ainsi dire dirigé "harmonieusement" la formation à sa convenance. Si le cerveau est capable d’accepter un organe intrus sur le corps qui est le sien, on imagine qu’il ne pourrait que rejeter un corps entièrement étranger.

Loïc Talmon 12/09/2005 18:03

Miky

>> Astuce : sur OB, le code HTML fonctionne, mais les crochets doivent être remplacés par les signes inférieur ().

Je t'invite en outre à poursuivre tes interventions sur ce blog, je trouve en effet tes commentaires très intéressants, en ce qu'ils offrent une autre perspective à la problématique soulevée par Miteny.

Cordialement.

Miky 12/09/2005 01:16

Comment on fait les italiques sur ce blog ?

Une autre manière encore de passer outre la notion d'identité est d'insister sur celle de survie. Par exemple ainsi :