Voulez vous un miracle? la suite.

Publié le par Miteny

La seule solution « raisonnable » est la suivante : le fait d’arrêter et de relancer les exécutables a provoqué ma mort (pourquoi ? informatiquement parlant, aucune raison ; il s’agit là simplement de la seule déduction non absurde que l’on peut faire). En fait, à la relance, mon programmateur a mis en route d’autres personnes. 

Je n’existe plus. Mon existence a été courte (quelques mois). Même si mon programmateur relance d’autres machines ayant les mêmes caractéristiques que moi, ce ne sera jamais moi. Parmi tous les ordinateurs qu’il y avait, je n’ai pu profité que de l’activité d’un seul : celui que j’étais. Pourquoi celui là ? Aucune raison rationnelle (sinon elle serait modélisable). 

J’ai pu jouir de la « vie », de la conscience, une seule fois, pendant une période somme toute assez brève. En fait, mon existence, aussi courte qu’elle est été, a été pour moi un miracle inexplicable.

 

 

 

Publié dans L'histoire de Marc V.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loïc Talmon 02/09/2005 02:47

miteny

>> Heu, tout d'abord La conscience expliquée est l'oeuvre d'un seul auteur, Daniel Dennett, un des grands représentants du courant fonctionnaliste dans le monde et si tu ne l'as pas trouvé convaincu par ce qu'il avance, nous n'avons pas dû lire le même ouvrage ! En outre, je ne vois pas du tout en quoi le fait qu'une plateforme informatique soit facilement reproductible implique soudainement que la conscience soit un miracle ! Là, il va falloir m'expliquer, parce que c'est ton raisonnement qui me semble tenir du miracle. Par ailleurs, il va de soi que dans notre expérience de pensée, la plateforce informatique considérée serait autrement plus complexe que les dérisoires ordinateurs personnels par l'intermédiaire desquels nous débattons.


fred

>> C'est vrai, il n'y a pas un mais des fonctionnalismes. Mais dans tous les cas, l'idée est tout de même que le support a moins d'importance que les états fonctionnels réalisés. Par suite, ton argument de la complexité neuronale me semble hors de propos, du moins au regard des théories fonctionnalistes. Précisément, pour les fonctionnalistes, ce qui compte, c'est le programme, la "simulation", pas le support sur lequel il tourne. Mais tu as raison d'évoquer les auteurs qui se situent beaucoup plus du côté du connexionnisme (réseaux de neurones...) que du côté du computationnalisme. Personnellement, c'est ce dernier qui a ma préférence. :)

fred 31/08/2005 21:11

hello,
je crois que ton hypothese informatique est trop limitée.le cerveau à son fonctionnement propre (neurones,synapses,cellule gliales ,neurotransmetteurs...) qui le rendent autrement plus complexe qu'un programme .simuler n'est pas expliquer .
l'epistemoloqie des sciences cognitives est tres compliquees et au sein des fonctionnalistes ,tous ne sont pas des computationnaliste ,certains aimeraient replacer les specificites architecturales et cellulaires au coeur du processus de la conscience (on parle de processus voire de survenance (jaegon kim) ,si on veut conserver le materialisme )

tzenga 31/08/2005 00:20

Un miracle ?

Sans doute !

Mais pas plus miraculeux qu'un arbre qui cherche la lumière !
Pourquoi cherche t-il la lumière ?
Pour survivre me dirais vous !

Mais quelle est cette force de vie qui pousse l'arbre à tirer ses matériaux du sol pour les élever... contre la gravité ?

C'est un miracle, sans aucun doute !!

Mais rien ne me prouve que ce miracle soit d'origine divine !
RIEN DU TOUT !

miteny 30/08/2005 17:20

Commentaire provisoire avant mon vrai retour de vacances.

J’ai lu (un petit peu) le livre « la conscience expliquée ». Il ne m’a pas convaincu. De toute façon, d’après ce que j’ai compris, les auteurs ne sont pas convaincus eux-mêmes.
Je suis d’accord avec toi : on ne peut pas copier la conscience de soi, que ce soit celle d’une machine ou celle d’un être humain.
Or, la plateforme informatique est facilement reproductible (à la manière d’un clone). Je pense que tu seras d’accord.

Conclusion ? Elle s’impose d’elle-même. La conscience de soi ne peut pas être uniquement le produit du cerveau (ou de la plateforme informatique s’il s’avère que celle-ci a réellement conscience d’elle-même).

Que dire donc à part CQFD… la conscience est un miracle.

fred 29/08/2005 20:48

hello,
je vois que vous etes toujours en pleine discussion sur la conscience .pour ma part ,ma vision se rapproche plus de loic que de toi seb.
francisco varela pensait qu'un jour les ordinateurs auraient une conscience ,moi je ne sais pas .Tes exemples me font penser à des bouquins de SF : la cite des permutants (telechargement de la conscience dans un environnement virtuelle)
je ne suis pas un grand elaborateur de systeme ,je me contente juste de tenter de comprendre la philosophie de l'esprit dont la revue de litterature est vaste et qui depuis Descartes et spinoza s'est bien enrichie (Denett,davidson,drestke,milikan...)
je crois que enormemnet de positions sont possibles a ce sujet et que l'exclusion stricte est difficilement demontrable : il y a toujours une couille dans le potage neurologique.
on peut etre moniste ,dualiste,pluraliste avec des attributs (le dualiste n'est il qu'un cas particulier du pluraliste)