Mini étape2: clarifions le concept "existence".

Publié le par Miteny

Un commentaire sur ton premier axiome :

Qu’est ce que tu entends par existence ? Quelle est la définition du mot « existence » ? Comment sait-on que l’on existe ? Comment sait-on que quelque chose existe ?

 

Autre remarque :

La lumière qu’est ce que c’est ? Une onde, un transfert de particule, d’énergie ?

La physique nous permet de le savoir, mais cette discipline n’est que l’adaptation des concepts mathématiques à l’expérience, la mesure (et d’ailleurs on peut se demander pourquoi l’univers et ses mécanismes sont si compréhensibles. Je crois qu’Einstein avait dit à ce propos quelque chose comme « il est incompréhensible que l’univers soit compréhensible »).

Ce dont on est sûr, c’est qu’il existe des informations extérieures, que l’on est capable de les mesurer, de les interpréter mais on ne sait pas ce qu’elles sont en dehors de ça. Comment peut-on être sûr qu’il n’existe pas des choses qu’on ne peut absolument pas connaître (par exemple l’ordinateur qui simule notre univers dans l’hypothèse Matrix) et que même les choses que nous croyons connaître ne sont pas autre chose ?

 

Résumé :

Existence, exister. Quelle définition ?

Que savons nous de la matière (et tout ce qui va avec, énergie…) en dehors de ce que notre propre subjectivité comprend.

 

Si tu as accepté mes propositions, j’en suggère d’autres :

La seule chose qui me permet de savoir que j’existe, c’est ma conscience.

Mon existence (conscience) ne se suffit pas à elle-même. Il n’appartient pas à sa nature d’exister. Il faut l’expliquer.

 

PS: je suis d’un naturel méfiant. Je n’accepte quelque chose que si vraiment je peux en être certain. J’essaie d’être cartésien J

 

Prochaine étape : qu’est ce que le fonctionnalisme ? Qu’est ce qu’un état mental ?

Publié dans Pas à pas.

Commenter cet article

Loïc Talmon 08/07/2005 18:47

- L'existence est le fondamental qui te permet justement de demander la définition du terme 'existence' ou de spéculer sur le sexe des anges. Il s'agit du roc métaphysique sur lequel s'édifie tout le reste. Comment sais-tu que tu existes ? Mais par le fait même que tu poses la question ! L'ensemble du travail de la pensée est sous-tendu par cette réalité première : l'existence.

- Comme je te l'expliquais déjà précédemment, le scepticisme radical est irréfutable. Tu peux douter de tout de jure sans que personne ne puisse t'objecter quoi que ce soit. Les ennuis commencent néanmoins pour toi dès lors que tu te lèves le matin, parce que tous les actes que tu vas poser à partir de cet instant présupposent 1) ta reconnaissance d'une réalité "là-bas, au-dehors" (Einstein itou) et 2) le postulat de ta capacité à dégager des régularités au sein de ton environnement en vue d'une action efficace. Par voie de conséquence, si le scepticisme radical que tu défends est irréfutable de jure, il ne l'est pas de fait, car en pratique le sceptique se trouve bon gré mal gré contraint de ne pas douter de tout. Alors bien sûr, tu peux t'amuser à imaginer que tout ce que nous savons n'est qu'illusion, qu'un ordinateur géant conditionne toutes nos perceptions ou encore que tu n'es en réalité qu'un cerveau coincé dans la cuve d'un laboratoire dirigé par quelque savant fou. Mais toutes ces hypothèses ne tiennent pas face au doute raisonnable du rationaliste qui accorde une grande importance à la cohérence de ses théories. Cohérence qui fait cruellement défaut dans les hypothèses fantaisistes que tu évoques.

- Nous traitons bien d'axiomes ? L'axiome d'existence est l'axiome premier, antérieur à toute pensée, il est le terreau sur lequel peuvent se développer les arbres de la pensée. Tu ne peux mettre en doute cet axiome sans le postuler implicitement.

A suivre...