L'univers.

Publié le par Miteny

J’aime lire les articles scientifiques traitant de choses et d’autres. Mais est-ce que je les comprends tous ? En particulier ceux qui parlent de cosmologie.

Il m’arrive d’en douter fortement. Car il est parfois difficile de tout intégrer. De plus, je ne sais pas dans quelle mesure je me trompe dans l’interprétation de ce que je consulte avec attention (même si je le fais plusieurs fois).

C’est la raison pour laquelle j’avais envie d’exposer ici mes faibles connaissances dans ce domaine, un peu comme si j’étais à l’école en train de faire une dissertation dont le sujet serait : « que savez vous de la structure de l’univers ? »

Si j’avais la chance d’être dans cette situation (mais bon il ne faut pas rêver ; je suis trop vieux maintenant), je commencerais par expliquer ce que je crois connaître de la partie visible du cosmos :

 

 

Celle-ci se trouve principalement « ranger » dans les galaxies : il y a dans chacune d’elle des centaines de milliards d’étoiles, de toute taille et de tout âge (quelques millions d’années pour les grosses à plusieurs milliards pour les plus petites) mais aussi des nuages de poussière et de gaz (qui, en s’agglomérant formeront sans doute dans quelques millions ou milliards d’années des systèmes planétaires comparables au nôtre) et un trou noir central autour duquel gravite tout le reste de la galaxie. Il y a aussi des tas d’autres « objets », dont je ne me souviens pas exactement.

Les galaxies sont regroupées en amas de galaxies. Ces amas forment quant à eux des superamas. Le plus important des amas proches étant l'amas de la Vierge (Virgo), une concentration de plusieurs centaines de galaxies qui domine les groupes de galaxies environnants. Collectivement, l'ensemble de ces groupes est connu sous le nom de Superamas de la Vierge.

Notre galaxie n'est qu'une parmi des milliers d'autres qui se trouvent à moins de 100 millions d'années lumière. Et dans l’univers observable, il y en a des milliards. De quoi être impressionné. Surtout quand on sait qu’une galaxie, c’est vraiment gigantesque : plus de 100 000 années-lumière de diamètre[1].

 

Mais revenons à nos moutons. Les cosmologues doivent faire face à de nombreuses énigmes. J’en ai retenu deux :

1. Les galaxies se comportent d’une étrange façon : la vitesse de rotation de ses étoiles autour de son centre n’est pas décroissante. Or, elle devrait l’être d’après les lois de la gravité (ou de la relativité générale). Que se passe-t-il ? Les galaxies sont-elles pleines d’une matière sombre (neutralinos) dont on n’a pas tenu compte dans les calculs à cause de son absence d’interaction avec la matière normale (dite baryonique) ? La gravité s’exprime-t-elle de façon différente à grande échelle ?

2. Les galaxies s’éloignent les unes des autres. Autrement dit, l’univers est en expansion. De plus cette expansion s’accélère. Pour résoudre ce problème, certains scientifiques ont imaginé une autre sorte de « matière » : l’énergie sombre. Cette dernière aurait une action répulsive. Une sorte de « matière négative ». Mais la physique nucléaire n’a jusqu’alors pas pu en dénicher la moindre trace, ni même prouver qu’elle n’existe pas.

 

 

La deuxième est plus intéressante. Car, qui dit expansion, dit big-bang. En effet, si le cosmos grandit (et c’est ce que l’on constate, aussi étrange que cela puisse paraître), il a du être beaucoup plus petit par le passé. Les spécialistes affirment qu’il aurait été d’abord infiniment compact puis que sa croissance serait passée par une phase d’accélération très intense (l’inflation) juste après l’explosion initiale qui a donné ce nom de big-bang au commencement.

Mais si l’on admet que l’univers s’étend, on admet aussi qu’il puisse exister d’autres dimensions que les trois qui nous sont familières (car sinon, dans quoi pourrait-il s’étendre ?). Cette hypothèse, qui semblait il y a quelques temps encore tout droit sortie de l’imagination d’un scénariste de série B, est de plus en plus admise. Elle est déjà presque incontournable s’il l’on veut unifier la physique quantique et la gravitation (théorie des cordes).

 

A SUIVRE...

[1] La distance terre-soleil n’est que de 8 minutes-lumière.

Publié dans Science.

Commenter cet article

tzenga 13/06/2005 20:41

Interprété tel verset du Coran comme faisant allusion au Big-Bang...
Là, c'est de la croyance pure....

Je respecte !
C'est ton choix de croire cela Youmna !
Je respecte !

Moi, je n'y crois pas !

Youmna 13/06/2005 19:53

moi aussi j'aime l'univers.

je te fais part de quelques versets du Coran, non pas pour faire du prosélytisme ou quoi que ce soit, juste pour montrer qu'il a environ 1400 ans un homme n'aurai pas pu savoir tout ca tout seul :)

Avant le Big Bang, il n’existait rien de tel que la matière. À partir du néant où il n’y avait ni matière, ni énergie, ni même temps, la matière, l’énergie et le temps ont tous été créés. Cela n’a été que récemment découvert par la physique moderne, alors que le Coran nous l’a annoncé voici 1400 ans

"Et c'est lui qui a créé la nuit et le jour, le soleil et la lune. Chacun voguant dans une orbite" (Sourate 21, Verset 33)

Le ciel, Nous (Allah) l'avons construit par Notre puissance et Nous l'élargissons constamment. (Sourate adh-Dhâriyât, 47)

"Ceux qui ont mécru, n'ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l'eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ?" (reference au big bang)

"Et c'est Lui qui donne libre cours aux deux mers : l'une douce, rafraîchissante, l'autre salée, amère. Et Il assigne entre les deux une zone intermédiaire et un barrage infranchissable".
"Il a donné libre cours aux deux mers pour se rencontrer; il y a entre elles une barrière qu'elles ne dépassent pas..."
(ceci a été démontrer recement)

je vais pas tout citer mais je donne un lien tres interessant.
http://harunyahya.com/fr/m_video.php (aller dans 'la creation de l'univers' c'est impressionant)

:)...