Introduction.

Publié le par Miteny

Parmi ces propositions, lesquelles sont, selon vous, fausses.

 

1) J’aurais pu être n’importe qui. Autrement dit, tout le monde a conscience de soi. Il y a une partie de notre personne qui est déterminé par l’environnement, la culture, le patrimoine génétique. Mais il y en a une autre qui ne l’est pas et qui est commune à chaque être humain. C’est celle qui fait de lui quelqu’un qui ressent, qui a des émotions, qui sait qu’il existe et qu’il a envie de vivre.

Comme dit la chanson : « être né quelque part, c’est toujours un hasard pour celui qui est né. »

 

2) Je suis coincé dans mon âme. Je ne peux que subir ma condition. J’aimerais pourtant être parfois quelqu’un d’autre, pour voir ou être ailleurs, ou être différent. Mais c’est impossible. Je suis à la fois coincé dans mon corps, mais aussi dans mon esprit. Je ne peux échapper à ses angoisses, ses interrogations mais aussi ses joies, ses amours, ses émotions.

 

3) La matière organique du cerveau obéit à des lois physiques et mathématiques universelles. C'est-à-dire que rien ne distingue (dans le principe) un cerveau d’un autre cerveau. Il y a bien quelques différences (d’origine génétique, qui peuvent influer sur le caractère) mais elles ne remettent pas en cause l’universalité des bases structurelles de la « machine » qui nous sert à penser.

 

4) On ne peut pas comprendre, déduire, penser sans utiliser sa conscience. Il est absolument nécessaire d’en disposer, même pour imaginer un monde dont elle serait absente.

Publié dans Démonstration.

Commenter cet article

tzenga 23/05/2005 18:14

selon moi 3 est fausse :
tous les cerveau ne sont pas identiques !
comme deux verres peuvent paraître identiques mais je peut en casser un et ils ne sont plus identiques.

Or un cerveau est malléable à son environnement, des la naissance, l'environnement modèle le cerveau du nouveau né. En se laissant modelé par son environnement, le cerveau s'individualise de lui même.

4) cette phrase est sans doute vraie, mais encore faudrait il bien définir les termes. Car "comprendre, déduire,penser" n'est pas l'apanage des seuls humains, les singes et les dauphins en sont capables. Ces animaux ont ils une conscience ? ou la conscience est elle propre à l'être humain ?