Tentative de dialogue constructif 1.

Publié le par Miteny

Supposons que je rencontre un jour quelqu’un avec je parlerais de la démonstration de l’existence de Dieu. Je lui poserais les questions suivantes (assez simples) et auxquelles il faut répondre par oui ou par non.

 

1. La douleur, vous savez ce que c’est ? 

Si la réponse à cette question est non, je suis désolé mais je serais alors obligé de… sévir. Je prendrais un marteau et je demanderais : « voulez vous poser votre main sur la table ? »

 

J’ai la prétention de penser qu’au bout de quelques minutes, la personne finirait par dire oui (je sais pas pourquoi mais c’est l’impression que j’ai).

 

2. J’ai donc le droit de poser la question suivante : d’un point de vue général (ou « scientifique ») que faut-il pour que la douleur apparaisse ?

La douleur, on sait ce que c’est, ça peut exister. La suite logique c’est que faut-il pour que ça existe.

Encore une fois la réponse demandée est oui ou non.

 

Si c’est non, je serais très étonné et je demanderais pourquoi je n’ai pas le droit de poser une question aussi simple (alors que généralement des questions de ce type, on a le droit de les poser).

Si c’est oui, je poserais la question 3.

 

 

3. Frapper un corps vivant, c’est nécessaire, mais est-ce que c’est suffisant ?

Je n’ai pas envie de revenir sur ce point parce que c’est assez évident. Tout le monde sait que non. Si ça l’était, il suffirait de frapper n’importe quel individu pour que vous ayez mal.

 

Donc il faut autre chose. Avant de se demander quoi, je voudrais « valider » cette première étape, que tout le monde soit d’accord.

Je tiens à redire que pour définir la douleur, je ne dis pas un mot, je frappe… Evidemment, par l’intermédiaire d’Internet, ça ne fait pas très mal J

Publié dans Un nouveau départ

Commenter cet article

Loïc 01/02/2007 19:12

Ah, Miteny, infatigable à ce que je vois ! J'ai pensé un instant que la nouvelle année t'aurait incité à prendre de bonnes résolutions en matière de raisonnement, mais hélas... En effet, comme toujours depuis que tu prends l'exemple de la douleur, tu occultes un fait essentiel : la douleur est une information *propre à un organisme particulier*. Admettons un instant que ce fait (car c'en est un) ne soit qu'une hypothèse : comme toute hypothèse, on la teste 10 fois, 100 fois, 1000 fois... Eh bien je prends le pari : toutes les fois que tu frapperas une personne, elle aura mal. En revanche, toutes les fois où tu frapperas une personne x et que tu demanderas à une personne y si elle a ressenti quelque chose, la personne y répondra par la négative. Conclusion : notre hypothèse est, empiriquement corroborée donc "vraie", jusqu'à preuve du contraire (cf. Popper). Par suite, ton raisonnement ne tient pas une seconde... Il repose sur un défaut de définition (de la douleur) et/ou un mépris de l'expérience (au sens scientifique aussi bien que phénoménologique). Ennuyeux, quand on prétend *démontrer* quelque chose...

Cordialement.

claire 25/01/2007 20:51

merci, j'ai bcp ri. spirituel, construit, absurde, logique

claire 25/01/2007 20:50

merci, j'ai beaucoup ri. c'est spirituel, construit, absurde et logique

Dugas 01/10/2006 15:03

Merci pour toute cette information"