Scolie 1.

Publié le par Miteny

Plutôt que de me disperser, je vais me concentrer (si tu le veux bien) sur le problème qui me pousse à écrire.

Personnellement, je n’ai pas oublié que je suis comme tout le monde, que je peux mourir demain. Et le monde, de mon point de vue, disparaîtra en même temps que la conscience que j’en ai. A croire qu’il n’existe que par l’intermédiaire de ma représentation ! Et ça, c’est incompréhensible ! C’est la raison pour laquelle :

 

1) J’affirme que j’aurai pu être chinois, indien, africain, j’aurai pu être une femme ou un handicapé (etc..), n’importe qui et avoir toujours conscience de moi.

Par conséquent, ce qui est à l’origine de cette conscience de moi-même est universel et commun à tous. On peut différencier toutes les fonctions du cerveau et identifier la partie qui permet de ME distinguer de l’autre. Appelons cette chose identique pour tous « le Processus ».

 

2) Supposons que ce Processus soit contrôlé uniquement par les lois gouvernant la matière (qui sont les mêmes pour tout le monde, qu’elles intègrent ou non le principe d’incertitude d’Heisenberg, l’indéterminisme, la dualité onde-corpuscule, l’équivalence matière énergie…)

La logique (que tout le monde est obligé de respecter « si A implique B alors nonB implique nonA ») veut qu’aux mêmes causes l’on attribue les mêmes effets (ça, au moins c’est clair !).

Donc, mêmes causes(" Processus") Þ mêmes effets (" conscience ")

Je ne devrai pas donc pas ressentir un moi en particulier (d’un point de vue strictement mathématique). Or, c’est pourtant ce qui arrive.

C’est illogique. La conscience n’appartient pas donc au monde de la matière.

 

Je n’arrive pas à trouver de démonstration plus claire que ça !

 

Publié dans Démonstration.

Commenter cet article

tzenga 18/05/2005 20:28

Teins, voila un lien que je trouve interressant, tu jugeras...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

Ce que j'ai trouvé le plus interressant, c'est le chapitre
"La psychanalyse : la quatrième ruptute épistémologique"

Ciao
Bien a toi

tzenga 17/05/2005 18:59

"La logique (que tout le monde est obligé de respecter « si A implique B alors nonB implique nonA ») veut qu’aux mêmes causes l’on attribue les mêmes effets (ça, au moins c’est clair !)."

On ne va pas se facher pour si peu, mais c'est exactement là que je ne suis pas d'accord.

Les mêmes cause provoques les mêmes effets est une proposition vraie au niveau MACROSCOPIQUE mais fausse au niveau des particules élementaires.

ça aussi, je pensais que c'était indiscutable et admis par tous.

Apparement pas, mais c'est ce qui nous sépare toi et moi dans la conduite de notre réflexion.

conclusion : se comprendre reste une chose tres difficile...
;-)