Spinoza.

Publié le par Miteny

Extrait de l’introduction de l’Ethique par Roland Caillois.

 

« Pour Spinoza, tout valait d’être pensé, non d’être vécu au point d’y perdre le salut. Car il reconnut vite que la seule joie, la seule vraie vertu, est de comprendre. Comprendre c’est vivre en vérité. « Le bénéfice que j’ai retiré de mon pouvoir naturel de connaître – pouvoir que je n’ai jamais trouvé en défaut – m’a rendu heureux. Car j’en tire de la joie et je m’efforce de vivre non dans la tristesse et les gémissements, mais d’une âme égale, dans la joie et la gaîté » (Lettre XXI).

La liberté de penser, la liberté d’être raisonnable, cela se paie très cher et Spinoza le sait. Il comprend vite que la vie ordinaire ne contient rien que de vain et de futile et que, si l’on veut accéder au seul bien qui procure éternellement la joie, on ne peut composer avec les faux biens. On les possède moins qu’ils ne vous possèdent. Les richesses, les honneurs, la sensualité divertissent l’esprit de lui-même et préparent sournoisement l’extrême tristesse. Il faut rompre avec eux sans retour.

Ces moments de difficile pensée furent d’abord rares et courts, puis ils devinrent plus fréquents et plus longs, surtout quand il eut compris que ces biens trompeurs ne sont absolument mauvais que dans la mesure où on les recherche pour eux-mêmes. Dès lors, Spinoza ne méprisa plus ni l’argent, ni le plaisir, car qui les hait avec passion n’est pas moins obsédé que celui qui les adore. S’il vécut pauvre et frugal, ce ne fut pas par ascétisme ni sacrifice, mais parce que sont intérêt était ailleurs que dans l’argent et la chair, parce qu’il commençait à connaître les choses impérissables et qu’elles lui paraissaient très désirables ».

 

Cet homme avait aussi beaucoup de courage. Il a frôlé plusieurs la mort pour témoigner en faveur de la Vérité. Un vrai témoin de Jéhovah ( ?!), au sens propre.

Publié dans Les grands hommes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Boris le hachoir 06/10/2006 11:20

*********connaissez vous la vérité dont parle spinoza pour le traité de témoin de jéhovah???******
spinoza ou giordano bruno (qui l'a inspiré) pourrait être considérer comme l'antéchrist!!!

Giordano nous apprend que l'éspace est infini et qu'il y a par conséquent une infinité de monde identique au notre.
Et spinoza en conclu que le libre arbitre est une illusion car tout ce qui nous fait agir dépend de multiple cause infinitésimal que notre conscience ignore (principe de causalité).

Par conséquent nous n'avons pas d'âme et tout se que nous pensons ou entreprenont est déterminer...
Bruno a été brûler par le vatican en 1600 pour avoir affirmer ça...et on comprend pourquoi...god bless spinoza...

Boris 06/10/2006 11:00

connaissez vous la vérité dont parle spinoza pour le traité de témoin de jéhovah???
spinoza ou giordano bruno (qui l'a inspiré) pourrait être considérer comme l'antéchrist!!!
Giordano nous apprend que l'éspace est infini et qu'il y a par conséquent une infinité de monde identique au notre. Et spinoza en conclu que le libre arbitre est une illusion car tout ce qui nous fait agir dépend de multiple cause infinitésimal que notre conscience ignore (principe de causalité).
Par conséquent nous n'avons pas d'âme et tout se que nous pensons ou entreprenont est déterminer...Bruno a été brûler par le vatican en 1600 pour avoir affirmer ça...et on comprend pourquoi...god bless spinoza

Roland 08/08/2006 20:02

Mais Spinoza était athée. Certes il parlait de "Dieu" à tout bout de champ, mais il disait "deus sive natura". ...
en fait cson Dieu défini PAR PRINCIPE comme la totalité infinie de tout ce qui peut être me fait penser à cet aspirateur qu'on voit à la fin de certains dessins animés américains: il est dan un paysage, et il l'aspire, il aspire tout, et à la fin il ... s'aspire lui-même, il ne reste plus rien.

tzenga 15/05/2005 18:58

Je suis d'accord avec ce texte car il nous montre une progression :

Paragraphe 1 : Il nous faut comprendre que nous sommes apte à "comprendre les choses qui nous entourent". ça n'est pas évident dans nos sociétés catho, car il y a là une sorte de "fatuité" qui consiste à dire "Je sais que je peut !!". Cette fatuité, notre éducation chrétienne nous enseigne de la rejeter, d'être "humble". C'est une erreur ! Car il ne s'agit pas de "fatuité" mais de "conscience" pure et simple.

Paragraphe 2) : Pour "comprendre" notre
condition humaine, cela passe quasi FORCEMENT par un détachement du matériel. Il faut se placer - temporairement - dans la peau de celui qui meurt dans cinq minutes. Celui là n'a que faire des biens et des honneurs, c'est évident. Il est HUMAIN et rien qu'HUMAIN pour les cinq minutes qui lui reste. Ensuite nous pouvons étendre cette notion de "temps restant" à "1 jour", puis "1 mois", puis "1 année", arrive une mesure de temps où l'on n'est plus trop sur de passer réellemnt cette barre. "serais je mort dans une minute ?" n'apporte pas le même sentiment que "serais je mort dans dix ans ?", l'un est envisageable et l'autre quasi impossible. Pourtant quelle est la différence fondamentale entre les deux questions ? AUCUNE !! Si nous arrivons à vivre l'une et l'autre avec le même état d'esprit, alors, notre condition humaine commence à apparaître... Dans un détachement total et constant des biens matériels... comme si on allait mourir dans une minute !!!

paragraphe 3) Notre esprit est prêt !!! Il est prêt à accorder à notre corps des joies qu'il n'a aucune raison de lui refuser. S'il est facile et plaisant d'être riche... Et si je suis effectivement détaché de cette richesse !! Alors pourquoi s'en priver ? De même des plaisirs et honneurs que l'on ceuille désormais comme si l'on allait mourrir dans une minute... On s'en fout, mais la chose agréable est là sous notre main !! Cueillons !! Apres, cacun est porté dans une direction ou une autre et se satisfait de choses plus ou moins "matérialiste" selon son gout "propre". Mais l'état d'esprit est le MEME. Nous ne faisons que "cueillir" des choses dont nous pourrions nous passer, mais qui nous font plaisir.

Ainsi, Spinoza, aimait les "idées" il est donc devenu philosophe, s'il avait aimé le ski, il serait devenu champion de ski, ou fabricant de matériel High-tech. Son état d'esprit serait resté EXACTEMENT LE MEME !!