Etape 2: premières déductions.

Publié le par Miteny

(2) est-il vrai ? Supposons-le. Si (2) est vrai, il l’est pour tout le monde, donc pour l’individu P.

Cela signifie que P peut vérifier que :

« Quelque soit n, « In frappé » implique l’existence de la connaissance de l’existence de l’évènement « In frappé ». »

Considérons maintenant F, un autre individu. P peut donc vérifier, d’après la phrase précédente, que si F est frappé, la connaissance de l’existence de l’évènement « F frappé » apparaîtra… c'est-à-dire que P saura que F est frappé.

 

Absurde. En fait cette connaissance n’apparaît pas.

Une meilleure formulation serait : « Il existe un et un seul n, tel que « In frappé » implique l’existence de la connaissance de l’existence de l’évènement « In frappé » ».

 La conscience ne concerne, dans les faits, qu’une et une seule personne (peu importe laquelle). Je reconnais que c’est peut-être difficile. Mais mon raisonnement est tout de même logique. J’essaie de rationnaliser l’existence du « moi ». J’ai cependant renoncé à utiliser le mot moi parce qu’il prête à confusion.

Miky, j’ai modifié mon article, j’ai donc supprimé ton commentaire qui n’est plus valable. J’espère que tu ne m’en voudras pas. Une chose importante néanmoins : pour savoir d’où vient la conscience, il faut imaginer un monde sans elle et voir ensuite ce qui peut bien expliquer son apparition.

Publié dans En toute rigueur.

Commenter cet article