Je ressors mon exemple.

Publié le par Miteny

Parce que je pense que cet exemple montre bien la nature de mon interrogation. 

Supposons que la conscience soit le produit d’un système biologique. C'est-à-dire que l’existence d’un cerveau en fonctionnement soit nécessaire et suffisante pour expliquer l’émergence de la conscience de soi. Supposons également que l’informatique (ou la cybernétique) soit un jour assez évoluée pour reproduire le fonctionnement de n’importe quel système biologique. 

Il sera donc possible de fabriquer des ordinateurs conscients. Qui plus est, les concepteurs pourront certainement copier facilement les processus (les exécutables), les mémoires (les souvenirs humains correspondent à des sons, des images, des odeurs… tout ceci est parfaitement stockable sur un disque dur), les connexions autant de fois qu’ils le voudront. 

Ils pourront également arrêter et redémarrer un « système conscient » aussi souvent qu’ils le souhaiteront. Pour ce dernier, cela ne correspondra qu’à une phase de repos très profond (sans rêves) dont il ne se sera d’ailleurs même pas aperçu.  

 

Supposons enfin que je sois une de ces « machines » (A1 par exemple). 

 

De temps en temps, celui qui est chargé de l’entretien de mon environnement informatique virtuel (que j’appellerai Bob par souci de commodité) me change de place. Il copie tous mes processus (qu’il faut lancer pour me mettre en route), ma mémoire, mes souvenirs, mes connexions, mon corps virtuel puis me redémarre. Il efface les anciens fichiers ou exécutables. De mon point de vue, il ne s’est rien passé. 

En effet, puisque la configuration d’un système, l’enchaînement d’actions déterminées, l’existence d’une mémoire particulière sont supposées être nécessaires et suffisants pour que j’ai conscience de moi, peu importe qu’il s’agisse de copies ou d’originaux. En informatique un exécutable et sa copie font la même chose. Une image, un fichier mp3 ne se distinguent pas de leurs doubles. 

Un jour, au lieu de faire une seule copie, Bob en fait quatre et redémarre les quatre (son directeur a trouvé un nouveau financement, qui lui a permis de développer son parc informatique). De son point de vue, il y a désormais quatre « A1 ». 

Pour les différencier, il les nomme A11, A12, A13 et A14 (sans leur dire). Il met A11 dans un environnement virtuel ressemblant à l’Arctique, A12 dans un environnement virtuel ressemblant à l’Amazonie, A13 dans un simulant le Sahara et A14 dans un reproduisant le Tibet. Ces 4 environnements virtuels ne sont pas reliés entre eux.  

 

Il « relance » donc A11, A12, A13 et A14. Que se passe-t-il ?  

 

Trois possibilités : 

A. Je me réveille partout. C'est-à-dire que je suis capable de voir en même temps les quatre environnements. C’est impossible puisqu’il n’y a aucun lien entre eux (n’oublions pas que la conscience est supposée ici être d’origine matérielle). 

B. Je suis mort. Impossible puisque, selon ce qui a été dit précédemment, l’exécution de certains processus ou de leurs copies reliés à une certaine mémoire (ou à sa copie) provoque l’existence de ma conscience. Cela reste vrai même si quatre copies ont été faites. 

C. Je me réveille quelque part : en Amazonie, dans l’Arctique, au Sahara ou au Tibet. Je suis donc A11, A12, A13 ou A14. Oui, mais pourquoi l’un et pas l’autre ? On revient à la question « pourquoi ne suis-je pas quelqu’un d’autre ? ». Si par exemple je suis A11, je constate que quelque chose n’a pas marché. En effet, lorsque Bob interrompait le fonctionnement d’un ensemble d’éléments informatiques puis le redémarrait, je me réveillais toujours. 

C'est-à-dire que l’existence de ma conscience, du fait que je sais que j’existe, était la conséquence logique et obligatoire du fonctionnement de cet ensemble ou de sa copie.

Or cette fois-ci, de mon point de vue, cette opération n’a pas fonctionné. En effet A12, par exemple, est une copie de cet ensemble, mais sa mise en route n’implique absolument pas l’émergence de ma conscience puisque, pour mon plus grand malheur, je me retrouve dans un milieu froid et hostile, l’Arctique, alors que j’aurai mille fois préféré me balader au milieu d’une Amazonie virtuelle. 

L’alternative C est donc elle aussi absurde puisqu’il existe au moins un point de vue (le mien dans cet exemple) pour lequel elle débouche sur une contradiction flagrante. Si elle avait été plausible, il aurait fallu qu’elle le fût pour tout le monde. 

En effet, pour qu’une théorie scientifique soit considérée comme vraie, il faut qu’elle soit vérifiable par tout le monde. Qu’elle soit fausse pour au moins une personne et elle doit être rejeter.  

 

Mes questions : 

Je pense que vous ne rejetterez pas mes hypothèses. Il n’y a rien d’extraordinaire à affirmer qu’un souvenir ou sa copie sont équivalents… même chose pour les exécutables. Mais si oui, pourquoi ? 

Excusez moi mais je vais un peu schématiser. 

J’appelle M, cet ensemble informatique « système conscient » qui, lorsqu’il est mis en route, est supposé me faire prendre conscience de moi-même. 

J’appelle E ma conviction d’exister, d’être moi et pas quelqu’un d’autre. E existe. 

Visiblement M implique E est faux, par conséquent il faut autre chose. M n’est pas nécessaire et suffisant à E. Il est seulement nécessaire. 

Je me demande où vous pouvez trouver une faille dans ce raisonnement, qui me semble pourtant, d’un point de vue mathématique, assez simple.

 

 

Publié dans Démonstration.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

stéphane 01/03/2006 17:26

VIENS VOIR MON TOUT NOUVEAU SITEhttp://lesecretlemieuxgarder.over-blog.com

Miky 20/02/2006 21:22

Salut à tous,
 
Juste pour signaler aux habitués que finalement, j'ai moi aussi cédé aux charmes d'over-blog :
 
http://metazet.over-blog.com
 
Tous commentaires bienvenus !
(je pense que les thèmes abordés devraient en intéresser certains ici).
 
A+
Miky

Le pÚlerin vagabond 04/02/2006 18:24

Je trouve ton article intéressant, cependant il me semble nécessaire que tu retournes aux racines de la métaphique afin de développer une argumation claire.
Salutations

Miky 02/02/2006 20:03

Salut Miteny,Un autre article qui peut peut-être t'intéresser :http://www.uvm.edu/~mmmoyer/papers/PofFission.pdfA+Miky

Miky 25/01/2006 02:08

Salut Miteny,
Je n'ai pas beaucoup le temps pour ré-argumenter. D'ailleurs comme tu n'apportes pas de nouveaux éléments par rapport à tes anciens raisonnements, je ne sais pas si cela est franchement utile : tout ce que j'ai déjà pu te dire reste valable !
Toutefois, je me permet de te suggérer la lecture de cet article qui peut peut-être t'intéresser par rapport à tes perplexités métaphysiques :
http://www.ammonius.org/pdf/younger_scholars/2004/bajakian.pdf
Bonne lecture !
A+Miky